Youtube

Epidemic Sound talks YouTube: ‘We’re a music company that really understands the platform’

Epidemic Sound talks YouTube: ‘We’re a music company that really understands the platform’In recent years, most of the discussion around YouTube and music has focused on rightsholders’ desire for greater royalties and less safe-harbour protection for Google’s video service.
YouTube’s potential as a sync platform, with hundreds of thousands of creators from vloggers to gamers in need of soundtracks for their videos, has got less publicity save for when it intersects with that copyright debate.
That state of affairs is changing though. Music rightsholders have a better understanding of the sheer scale of the online-video world – many more music execs know who PewDiePie is now than even a year ago, and not just because of his current controversy.
The post Epidemic Sound talks YouTube: ‘We’re a music company that really understands the platform’ appeared first on Music Ally.
http://musically.com/2017/05/22/epidemic-sound-youtube-music-company/

YouTube, Snapchat et Facebook : les nouvelles TV

Lire la suite de l\\\’article www.ladn.eu

All that free music on YouTube is good for you, Google tells music biz

Lire la suite de l\\\’article www.theregister.co.uk

YouTube is coming to Comcast’s Xfinity X1 set-top box

Lire la suite de l\\\’article techcrunch.com

Les GAFA sont les prochains concurrents des groupes audiovisuels

Lire la suite de l\\\’article www.mindnews.fr

 

And the most popular YouTube music channels in 2016 were…

How YouTube could capitalize on its rivals’ mistakes, and conquer the future of TV

How YouTube could capitalize on its rivals\' mistakes, and conquer the future of TVYouTube CEO Susan Wojcicki Getty Images YouTube, for all its grand scale in video, hasn’t really done much to disrupt the traditional TV market. But the time is ripe for YouTube to strike, according to Pacific Crest analyst Andy Hargreaves, who laid out a possible battle plan in a note distributed on Friday. “Google’s extraordinary data and ability to deliver video across platforms position it to disrupt traditional pay TV and capture TV ad dollars, in our view,” Hargreaves wrote. YouTube hasn’t yet “meaningfully” encroached on the $200 billion global TV ad budget, he said. The main problem is that YouTube still doesn’t have a big enough volume of high-quality, long-form video: the type you would get on TV, or on Netflix. That’s a hard issue for YouTube to fix with its current business model, but Hargreaves reckons YouTube’s secret weapon could be the launch of its own streaming TV service (“vMVPD”), which would directly compete with cable and satellite TV. The battle for streaming TV For months, it’s been rumored that YouTube is working on a streaming TV service called “Unplugged.” YouTube is reportedly looking to charge under $35 dollars a month for the service, which you could […]

Updated! Streaming Price Bible w/ 2016 Rates : Spotify, Apple Music, YouTube, Tidal, Amazon, Pandora, Etc.

YouTube va faire payer la mise en avant des commentaires sur les diffusions en direct

YouTube va faire payer la mise en avant des commentaires sur les diffusions en directSuper Chat doit officiellement être lancé le 31 janvier prochain. YouTube veut faire payer la promotion des commentaires sur la diffusion de contenus en direct. En fin de semaine dernière, la filiale de Google a annoncé dans un communiqué le lancement de son nouvel outil Super Chat qui devrait permettre de mieux rémunérer les créateurs de contenus sur la plateforme YouTube : “Superchat […] permet aux fans et aux créateurs d’interagir pendant les diffusions en direct. En achetant un message Super Chat, les fans peuvent mettre en surbrillance leur commentaire dans le flux de chat en direct.” Une mise en avant modulable Le but de Super Chat est de permettre aux spectateurs et internautes d’améliorer la visibilité de leurs commentaires ou leurs questions dans le flux du chat. Les avantages qui concernent la longueur du message et la durée d’affichage dépendent du montant déboursé par l’internaute. Ce dernier peut dépenser jusqu’à 500 euros pour bénéficier du maximum d’exposition (à savoir 5 heures en tout) comme le résume le tableau ci-dessous. Crédits : YouTube Si le paiement apporte certains avantages, YouTube rappelle que les messages mis en avant sont toujours soumis aux règles de modération. Par ailleurs, les messages Super […]

http://Lire la suite de l\’article www.latribune.fr

Nielsen 2016 report: “Music consumption is at an all-time high”

Merlin Works To Make Independents Equal With Majors On Streaming Services [INTERVIEW]

YouTube loses US music streaming dominance as subscription plays jump 124%

Lire la suite de l\’article www.musicbusinessworldwide.com

Le nouvel algorithme de YouTube expliqué

Youtube et la télé, une coexistence pacifique

Youtube et la télé, une coexistence pacifiqueZoom Youtube et la télé, une coexistence pacifique Facebook Twitter Longtemps, les chaînes de télévision ont regardé YouTube, possible fossoyeur, d’un œil hostile. Mais depuis trois ans, le vent a tourné. Prenant acte de la puissance de la plateforme de Google, elles ont appris à travailler avec elle – comme elles doivent désormais le faire avec Facebook, Snapchat et d’autres bientôt. «Les télévisions préféreraient que YouTube n’existe pas mais elles n’ont pas le choix, elles doivent vivre avec, explique Guillaume Dimitri, consultant au cabinet Demain. On n’est plus dans l’étape “peur du grand méchant” mais dans le questionnement sur la programmation : que met-on sur YouTube ? C’est une écriture différente de la télé, avec plutôt des contenus de dix à quinze minutes maximum. On y trouve peu de grandes fictions, d’œuvres documentaires ou de grands concerts.» TF1 illustre ce revirement. En 2014, la filiale de Bouygues a accepté de solder par une transaction à l’amiable la guérilla judiciaire lancée contre YouTube six ans plus tôt pour contrefaçon et concurrence déloyale. Elle a fermé sa plateforme (Wat.tv) et ouvert plusieurs chaînes YouTube. La plus importante regroupe les contenus découpés du concours The Voice (145 000 abonnés, 75 millions de […]

http://Lire la suite de l\’article www.liberation.fr

Will Spotify kill the music download?

Will Spotify kill the music download?The digital download, ushered in to the mass market more than a decade ago by Apple’s iTunes music store, is in rapid decline as people shift to streaming services such as Spotify and Apple Music. The shift from downloads to streaming is highlighted by the biggest-selling singles of this year and 2006, when Gnarls Barkley’s Crazy became the first download-only song to top the UK charts, in a sign the digital format was eclipsing CD sales. Crazy shifted nearly 661,000 units during its nine weeks at UK No 1 and went on to sell more than 1m downloads. This summer, Drake’s One Dance matched the record achieved by Wet Wet Wet’s Love Is All Around for 15 weeks at No 1 in the UK singles chart – which now combines download, physical and streaming equivalent sales. By the end of September, it had racked up 1.695m sales, including nearly 505,000 downloads and a whopping 119m streams. Streaming’s advantages are that you can listen to any of millions of tracks whenever you like, and create playlists; paying subscribers can also download individual tracks for offline listening. The disadvantage: if you stop paying the monthly stipend of about £10, the access, […]

Lire la suite de l\’article www.theguardian.com

UNE VICTOIRE POUR LA CULTURE

Click here to view original web page at www.larp.fr

How Kobalt Helps Creators Capitalize on YouTube

Click here to view original web page at www.kobaltmusic.com

Musique : pourquoi on succombe à l’appel du vinyle

Click here to view original web page at o.nouvelobs.com

La « taxe Youtube » resurgit à l’Assemblée

Click here to view original web page at www.lesechos.fr

33 millions de Français sur YouTube [Infographie]

” Il y a 2 ans, YouTube France comptait 10 créateurs de plus d’un million d’abonnés. Aujourd’hui, la plateforme recense 85 créateurs millionnaires “, a déclaré Nick Leeder, directeur général de Google France lors la soirée YouTube Brandcast le 24 novembre 2016. Cyprien, Bruce, Norman… Ces Youtubeurs “millionnaires” ne sont que la partie émergée de l’iceberg, selon Nick Leeder. ” Nous assistons à une révolution et une nouvelle rupture : YouTube France a changé de façon très surprenante. On vit dans un monde où la création de contenu est faite par les gens pour les gens (comprendre, par “Monsieur et Madame tout le monde” pour “Monsieur et Madame tout le monde”), constate le patron de Google France. Les chiffres de YouTube France 2016 en un coup d’oeil Les chiffres d’audience parlent d’eux-mêmes. Plus d’un Français sur deux entre 16 et 44 ans se rend au moins une fois par jour sur YouTube, une proportion qui grimpe à 74% chez les 16-24 ans. Quelque 33 millions de Français, tout âge confondu, se rendent chaque mois sur la plateforme. Le temps de visionnage a quant à lui progressé de 40 % entre 2015 et 2016. Ce n’est plus un scoop, YouTube […]

 

1 Français sur 2 regarde YouTube tous les jours en 2016

À l’heure où le digital rebat les cartes du marketing, YouTube est un levier incontournable d’efficacité et de différenciation. Plus que jamais ancré dans le quotidien des Français, YouTube est à la fois un carrefour d’audience, un relais d’influence et un point de contact entre les marques et les consommateurs. Chiffres 2016 à l’appui ! #1. Un réflexe quotidien Saviez-vous qu’1 Français sur 2, entre 16 et 44 ans, regarde désormais YouTube tous les jours, dont plus des deux-tiers plusieurs fois par jour 1 ? Que la moitié des utilisateurs de YouTube a entre 25 et 49 ans 2 ? Et que 40% sont parents 1 ? Annonceurs, votre cible est là. Au quotidien. Sur YouTube, les vidéos se jouent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Une disponibilité qui colle parfaitement aux besoins et envies des Français. Aujourd’hui, un quart des utilisateurs entre 25 et 34 ans a le réflexe YouTube, dès le matin au réveil ou le soir au coucher 3 . « C’est devenu tellement inné qu’on le fait sans s’en rendre compte », souligne une personne interrogée dans le cadre d’ une récente étude ethnographique sur YouTube . Peu importe leur âge ou leur […]

Want to Watch Netflix Offline on an iPhone? Now You Can — For $1 per Episode or Movie

Netflix customers have been asking for a way to watch the streamer’s content in offline mode for years. Now a third-party service, PlayOn Cloud, is letting subscribers of Netflix — as well as HBO Now , Hulu and others — download TV shows and movies to watch them offline on an iPhone, iPad, PC or Mac. The catch: Users of PlayOn Cloud must pay 99 cents for each episode or movie title they want to watch offline. In other words, downloading, say, the eight episodes of “Stranger Things” season 1 for offline viewing via PlayOn Cloud will cost nearly as much as the standard monthly price of Netflix’s streaming service. Moreover, the recordings are available for only 30 days. In short: not really a great deal. Netflix execs have floated the idea of providing built-in offline viewing . But at first, the company is targeting the feature for countries with poor broadband connectivity, chief content officer Ted Sarandos said last week in a CNBC interview . It’s worth noting that Amazon Prime Video has offered offline viewing to members, on both iOS and Android apps, for more than a year. YouTube Red subscribers also have access to videos in offline mode. The PlayOn Cloud iOS app, launched this week, initially will be able to record content from 12 services: Netflix, Amazon Video, Hulu, Yahoo View, HBO Now, YouTube, NBC, ABC, CBS, Fox, PBS and the CW. Users must enter their login credentials for each service in the app. When a user sets a show to record, the PlayOn service creates a copy and keeps it on its servers for 30 days; customers can download the recording to their mobile device or computer to watch later when they are disconnected from the internet. The app also includes ad-skipping feature to […]

Gestion des droits d’auteur : les nouvelles règles du jeu

La gestion des droits d’auteur en bref Qu’il paraît loin le temps où l’unique moyen de consommer de la musique était d’écouter un CD ! Désormais, la musique s’écoute sur Deezer, Soundcloud, Spotify, Youtube, Dailymotion, Facebook. Les utilisateurs parlent de Playlists et de Webradio et des startups comme NextVR imaginent des concerts en réalité augmentée. Côté jeux vidéo, même révolution des usages : depuis les jeux en réseau jusqu’au free to play , en passant par les consoles connectées, les packs de contenus téléchargeables ou la monnaie virtuelle, on ne joue plus aujourd’hui comme l’on jouait hier. La cause de ces transformations ? Le digital (toujours lui), qui en démultipliant les canaux de commercialisation est venu complexifier les modèles de distribution de contenu et a du même coup rebattu les cartes de la gestion des droits d’auteur. Dans un certain nombre de secteurs – musique, télévision, cinéma, jeux vidéo, mais aussi de plus en plus sport et industrie pharmaceutique (pour les brevets) – la définition du « droit de propriété » ne va désormais plus de soi. Comment, par exemple, un éditeur de jeux de course automobile utilisant des licences de plusieurs constructeurs peut-il calculer les royalties dues, lorsque certaines transactions résultent de l’achat d’une extension du jeu, qui plus est en monnaie virtuelle ? Comment une major calcule-t-elle les droits d’un musicien dont les morceaux sont partagés sur Facebook ? Comment un photographe peut-il contrôler la diffusion et le partage de ses œuvres sur Instagram ? La complexité est devenue si grande que l’on ne sait plus très bien qui doit combien à qui et de ce casse-tête est né un véritable business en France. Des start-up comme STEM s’organisent pour permettre aux ayant-droits de calculer leur dû via des solutions intégrées ; des sociétés se spécialisent dans […]

Droits d’auteur: la musique résonne de nouveau sur YouTube en Allemagne

Un conflit entre YouTube et la Gema, l’équivalent de la Sacem française, sur la rémunération des vidéos visionnées avait démarré en 2009 afp.com/LIONEL BONAVENTURE Berlin – “Cette vidéo n’est pas disponible”: Ce message frustrant bien connu de tous les utilisateurs de YouTube en Allemagne a disparu mardi, grâce à la fin d’un long conflit concernant le droit d’auteur, défendu avec acharnement dans le pays. ” Alléluia! “, ” applaudissements “, ” épique “, ” cela ressemble encore à un miracle “, ” le deuxième mur en Allemagne est tombé “… Sur Twitter, les internautes en Allemagne ne cachaient pas leur joie d’enfin pouvoir regarder à leur guise toutes les vidéos musicales qu’ils veulent, ce qui n’était plus le cas depuis sept ans. ” Les utilisateurs de YouTube ont dès maintenant accès à des contenus musicaux qui jusqu’à présent n’étaient pas disponibles “, a assuré la plate-forme, propriété de Google. Terminé l’icône à tête d’écran vous disant avec une moue ” être désolé ” que la vidéo sélectionnée soit bloquée. En cause, un conflit durant depuis 2009 entre YouTube et la Gema, l’équivalent de la Sacem française, sur la rémunération des vidéos visionnées. A l’expiration du précédent accord de licence, le société de gestion des droits d’auteur avait réclamé d’être désormais payée au visionnage. YouTube, qui versait une somme forfaitaire, avait jugé cette demande trop gourmande. Considérée comme l’une des sociétés de droit d’auteur les plus intransigeantes d’Europe, la Gema a cherché à obtenir gain de cause devant les tribunaux, parvenant à obliger YouTube à effacer de ses serveurs les vidéos musicales dont les droits étaient protégés, sous peine d’une très lourde amende en cas de diffusion non autorisée. L’Allemagne se montre généralement intraitable sur la question du droit d’auteur, pouvant par exemple mettre lourdement à l’amende au premier téléchargement […]

Aller à la barre d’outils