Facebook

Droits TV. Et si Facebook ou Google devenaient diffuseurs de la Ligue 1 ?

TV : C+ et Orange associés pour payer 1 milliard par an à la LFP ?Les droits audiovisuels de la Ligue 1 pourraient intéresser les géants du web américains comme Google, Amazon ou Facebook, à l’instar de BeIN Sports et Canal+. | AFP Les droits audiovisuels de la Ligue 1, qui doivent être remis en jeu après 2020, vont attirer les groupes de télévision payante, les opérateurs télécoms, mais pourraient aussi intéresser les Gafa (pour Google, Apple, Facebook, Amazon), les géants de l’internet américain, a estimé mardi Didier Quillot, le directeur général de la Ligue de football professionnel (LFP). « Les droits du football ne sont plus seulement un business de “pay-TV” (chaînes payantes) » , à l’instar de Canal + , BeIN Sports ou Sky, a souligné Didier Quillot, le directeur général de la Ligue de football professionnel (LFP), au cours d’un colloque sur les médias et le numérique à Paris. « C’est clairement devenu un business de “pay-TV”, d’opérateurs télécoms et de Gafa » , a-t-il souligné commentant l ’acquisition par l’opérateur SFR des droits pour la diffusion de la Ligue des Champions et de l’Europa League en France, de 2018 à 2021, annoncée la semaine dernière. L’exemple d’Amazon en Bundesliga Didier Quillot a rappelé que l’opérateur BT sports avait acheté des […]

Lire la suite de l\\\’article www.ouest-france.fr

Facebook signe avec Buzzfeed, Vox Media et ATTN pour sa production vidéo

Facebook signe avec Buzzfeed, Vox Media et ATTN pour sa production vidéoD’après des informations officieuses, Facebook passerait à l’étape supérieure concernant son projet de production vidéo, avec la signature de plusieurs partenaires médias ainsi que la mise en œuvre de deux formats différents. Entre Snapchat, Twitter et Facebook, se prépare la nouvelle guerre du contenu. Alors que le réseau social préféré des millenials travail avec NBC Universal, Discovery, ABC ou la NFL et que Twitter annonçait 11 partenariats différents, Facebook semblait à la traine, malgré une volonté ambitieuse et des partenaires connus . Selon des sources internes, le réseau social créé par Mark Zuckerberg passerait la seconde dans la production de contenu exclusif. D’après Reuters , Facebook vient de signer des accords avec Vox Media, BuzzFeed, ATTN ainsi que Group Nine Media. Des partenaires ciblant la jeune génération, et amenés à soutenir le lancement d’une plateforme de streaming, avec deux formats qui seraient privilégiés. Long en interne, court en externe Toujours d’après des sources officieuses, Facebook favoriserait deux formats pour ses futures productions. D’abord un 20/30 minutes, scénarisé, que le réseau social produirait en interne et qui pourrait coûter jusqu’à 250 000 dollars par épisode. De l’autre côté, un format plus court, entre 5 et 10 minutes, réservé pour ses […]

Lire la suite de l\\\’article www.numerama.com

Entre Google et Facebook, tout dépend du sujet (étude) +”Pdf à télécharger”

Entre Google et Facebook, tout dépend du sujet (étude)Une étude de Parse.ly n’a pas laissé la presse spécialisée indifférente et pour cause : elle permet de distinguer clairement le pouvoir d’attraction de trafic de Google, de Facebook et d’autres sources, selon le sujet traité par l’éditeur. Extrait du rapport sur les sources de trafic 2016 de Parse.ly, mai 2017. Alors que Facebook génère 87 % du trafic pour des articles traitant des sujets sur les modes de vie, Google est à l’origine de 84 % des audiences attirées par des offres d’emploi. La liste proposée par Parse.ly est longue et a le mérite aussi d’indiquer que « d’autres sources » de trafic (comme Twitter, Drudgereport, Yahoo !, Outbrain ou Bing) peuvent avoir un impact important, notamment pour les thématiques justice, sport, finances, business et économie mondiale. « Depuis près de quatre ans, nous avons analysé la façon dont les lecteurs trouvent leur chemin vers des millions d’articles et de contenu que nous suivons sur le web », décrivent les auteurs du rapport. « Pendant ce temps, nous avons vu Facebook prendre à Google le rôle de la plus grande source de trafic de références externes, et nous avons vu le rétrécissement de la ‘longue queue’ des référents […]

Lire la suite de l\\\’article www.ad-exchange.fr

Who’s Leading The Streaming Pack?

Lire la suite de l\\\’article musicindustryblog.wordpress.com

FACEBOOK sanctionné pour de nombreux manquements à la loi Informatique et Libertés

Lire la suite de l\\\’article www.cnil.fr

YouTube, Snapchat et Facebook : les nouvelles TV

Lire la suite de l\\\’article www.ladn.eu

Tech giants need to rein in powers before EU does

Lire la suite de l\\\’article www.latimes.com

Facebook’s ‘Disputed News’ Shows Intent But Does Not Solve The Fake News Problem | Karol Severin | Pulse | LinkedIn

Last week Facebook started to roll out a feature which allows users to flag content as ‘disputed’, in a bid to mitigate the circulation of fake news on the site. Stories flagged by users will then be passed onto Facebook’s partner fact-checking organizations, which are signatories to the Poynter’s international fact-checking code of principles. If the reviewing partners agree that a story is fake, it will be labelled with a ‘Disputed News’ tag and appear lower in the news feed. Users will get a reminder before sharing such links.

Why this commendable initiative only works on a PR level

While Facebook’s efforts in contributing to the solution of this growing problem are appreciated, scepticism remains around the tangible results this initiative can deliver: 

Facebook’s help page states that fact checkers will be signatories of the non-partisan Poynter Code of Principles. While Poynter acknowledges this on its site, it is quick to remind readers that this is just a minimum requirement for Facebook’s fact-checking partners. The final verdict on who gets approved as a fact-checking partner remains fully in Facebook’s hands.

Bill Gates basically predicted the rise of Netflix and Facebook in a 1994 Playboy interview

Bill Gates basically predicted the rise of Netflix and Facebook in a 1994 Playboy interviewBill Gates knows what’s up. Mike Nudelman/Business Insider Nineteen ninety-four was a big year for Bill Gates. The newly married billionaire landed on top of Forbes’ list of the richest Americans. Microsoft was on the brink of becoming the technology powerhouse it is today. Something else notable happened in ’94: Gates gave an interview to Playboy magazine in which he correctly predicted the rise of services like Netflix and Facebook. For context, the internet was a buzzworthy and somewhat mysterious technology in 1994. Time magazine ran a cover story on the internet and had to explain what it was in the introduction (“the world’s largest computer network and the nearest thing to a working prototype of the information superhighway”). The internet was mostly used by scientists and scholars, though computers were becoming more common. Still, Gates was a visionary. He told Playboy that, in the information age, the primary use of personal computers would shift from creating documents to sharing and accessing electronic media across the web. On how people might use the internet in the future, he said: “Say you want to watch a movie. To choose, you’ll want to know what movies others liked and, based on […]

Lire la suite de l\\\’article www.businessinsider.fr

Les GAFA sont les prochains concurrents des groupes audiovisuels

Lire la suite de l\\\’article www.mindnews.fr

 

Legal challenge to Facebook EU-US data transfer mechanism kicks off in Ireland

Facebook wants you to watch longer videos, so it’s going to show you longer videos

Lire la suite de l\’article www.recode.net

Amazon, Apple, Facebook, Google, Microsoft, Netflix, and others’ tepid responses to Trump’s Muslim ban

 

Google et Facebook cannibalisent les deux-tiers du marché digital français+”PDF”

Télécharger (PDF, Inconnu)

Social Commerce: Facebook’s Next Act?

Discussions abound in tech circles over where Facebook will go next. Much in the same way as Apple’s definitive strategy in the past two decades can be interpreted through their services embellishing the company’s hardware products, (though a slowdown in iPhone sales could potentially alter this approach) Facebook’s next chapter should be seen through the lens of ‘diversify fast’. Similar to its main digital ad-spend rival Google, both companies are in need of a new growth story for the next 5 years, particularly as they reach the apex of their duopoly on the digital advertising market. Indeed, Facebook’s financial resources means it is not short of options (Virtual Reality, Live Streaming, Next-Gen Media entity), but the lowest hanging fruit may prove to be the most profitable.

Facebook originally posit
ioned itself to advertisers as one of the most effective ways of driving traffic and retaining viewership, both true statements reflected in the company’s market scale and engagement on the site/app (1.1bn Daily Active Users at last count with an average global time spend of 20+ minutes per day). Yet Facebook finds itself in a position where instead of simply promoting products and services, it can also act as the payment portal to them, hence the rise of social commerce. Though the practice remains largely a non-starter in developed western markets (Facebook only recently integrated PayPal into Messenger), there are positive signs for Facebook that Social Commerce could become a vital contributor to the company’s income going forward, with statistics suggesting payments through social networks in 2016 accounted for 30% of digital sales in South East Asia following Facebook’s partnership with the payments company Qwik.

How Google Tracks You – And What You Can Do About It

Lire la suite de l\’article www.visualcapitalist.com

Chronologie 2016 de l’actualité des réseaux sociaux

Le plan de Vivendi pour relancer Dailymotion

All Three Major Labels, Pandora and RIAA Announce Support for Hi-Res Audio Streaming

What U.S. Tech Giants Face in Europe in 2017

Facebook Developing Copyright ID System to Stem Music Rights Infringement

http://www.billboard.com/articles/business/7639969/facebook-developing-copyright-id-system-music-rights-infringement

Facebook veut automatiser la chasse aux vidéos violant le droit d’auteur

Lire la suite de l\’article www.numerama.com

Facebook Doesn’t Tell Users Everything It Really Knows About Them

Lire la suite de l\’article www.propublica.org

OTT Went Big in 2016, Aims Higher in 2017

OTT Went Big in 2016, Aims Higher in 2017In just two years, over-the-top TV has gone from niche endeavor to mainstream preoccupation. CBS launched its All Access service at the end of 2014, followed by Dish’s unveiling of Sling TV at CES 2015 and HBO’s announcement of HBO Now a few months later. Then came Showtime’s streaming service, a national launch for Playstation Vue and much, much more. This past year brought two major telecom companies into the fray. Verizon Communications Inc. (NYSE: VZ) entered its first full year with Go90 on the books (the mobile service officially launched in late 2015), and AT&T Inc. (NYSE: T) kicked off DirecTV Now. Meanwhile, several online stalwarts are promising new content offerings for 2017, including Facebook , Hulu LLC and YouTube Inc. Here are some of the top highlights from 2016, along with a look ahead and even one genuine big-deal prediction for next year. The good and bad for Sling TV Sling TV has grown quite a bit since launch, adding to its channel line-up and expanding its bundle options. The good news is that Dish Network LLC (Nasdaq: DISH) has attracted more than 600,000 estimated subscribers to the Sling TV $20-per-month OTT service. The bad news […]

Lire la suite de l\’article www.lightreading.com

Sony/ATV boss Martin Bandier: ‘YouTube should have paid us $5bn’

http://musically.com/2016/12/22/sonyatv-boss-martin-bandier-youtube-should-have-paid-us-5bn/

 

Celebrities’ endorsement earnings on social media

Lire la suite de l\’article www.economist.com

Facebook introduit les live audio

Click here to view original web page at www.socialshaker.com

Facebook accusé par Bruxelles d’avoir communiqué des informations trompeuses sur WhatsApp

Click here to view original web page at www.lemonde.fr

‘Facebook must strike a deal with music publishers as soon as possible’

Click here to view original web page at www.musicbusinessworldwide.com

Facebook Measurement Mistakes Test Advertisers’ Ardor

Click here to view original web page at www.bloomberg.com

What if Google and Facebook got it all wrong?

Click here to view original web page at venturebeat.com

Facebook Is Finally Ready To Become A Media Company

Facebook beat estimates with its latest earnings but announced that ad revenues would likely slow in 2017 as the digital ad market feels the pinch of advertiser budgets lagging the shift in user behaviour. Facebook’s stock fell by 7% but it already has Plan B in motion: to become a media company. Facebook delayed this move as long as it possibly could, showing little enthusiasm for getting bogged down with content licenses while it was able to drive audience growth and engagement by piggy backing other people’s content. That strategy has run its course. Facebook is now about to start looking and behaving much more like a media company, but in doing so it will rewrite the rule book on what a media company is. The Socially Integrated Web Back in 2011 I published a report ‘The Socially Integrated Web: Facebook’s Content Strategy and the Battle of the Ecosystems’. You can still download the report for free here. In it I argued that Facebook was starting out on a path to become a media company, but not the sort of media company anyone would recognise: Change is afoot in the Internet. Facebook’s new Socially Integrated Web strategy is set to make Facebook one of the most important conduits on the web. It is pushing itself further out into content experiences in the outside web while simultaneously pulling more of them into Facebook itself. Facebook is establishing itself as a universal content dashboard – a 21st century cable company for the Internet, a 21 st century portal – establishing its own content ecosystem to compete with the likes of Apple and Amazon. While traditional ecosystems are defined by hardware and paid services, Facebook’s is defined by data and user experience. Now with ad revenues set to slow, Facebook is flicking […]

Facebook : bientôt des modèles de page différents selon le type d’entreprise ?

Facebook procède à un test qui devrait intéresser les community managers. Certains administrateurs de pages Facebook ont accès à une nouvelle fonctionnalité, au sein des paramètres (section « Modifier la page »). Ils peuvent appliquer un modèle de page (template) à leur page Facebook. Ces modèles permettent de modifier la structure de la page Facebook pour qu’elle soit mieux adaptée au type d’entreprise. Des modèles de pages Facebook Si vous avez accès à cette fonctionnalité en test, vous pouvez choisir entre 6 modèles de pages Facebook. En plus du modèle « standard » qui correspond aux pages Facebook telles que nous les connaissons aujourd’hui, Facebook propose : Un modèle de page pour les services professionnels Un modèle de page pour les lieux (salles de concerts, stade de football…) Un modèle de page pour les jeux vidéo Un modèle de page pour les politiciens (…) Un modèle de page pour les restaurants et les cafés En cliquant sur un modèle, voici la page de configuration obtenue. Vous pouvez alors définir les boutons dans la barre d’outils (sous la couverture : Aimer cette page, Envoyer un message, Partager…) et les éléments du menu situé à gauche de votre page : Accueil, Services, Boutique, Photos, Vidéos, Publications, Événements, À propos, J’aime… Ces éléments sont différents d’un template à l’autre, et permettent de faciliter la configuration d’une page lors de sa création. Ces éléments sont « par défaut » : vous pouvez les modifier ensuite, même si vous avez choisi un modèle de page. Il s’agit pour le moment d’un test, nous ne savons pas si les modèles de pages seront bientôt disponibles pour tous. Mais ce serait une fonctionnalité utile, notamment pour les entreprises qui débutent. Facebook pourrait également aller plus loin, en proposant des mises en page différentes. via Social Media […]

Gestion des droits d’auteur : les nouvelles règles du jeu

La gestion des droits d’auteur en bref Qu’il paraît loin le temps où l’unique moyen de consommer de la musique était d’écouter un CD ! Désormais, la musique s’écoute sur Deezer, Soundcloud, Spotify, Youtube, Dailymotion, Facebook. Les utilisateurs parlent de Playlists et de Webradio et des startups comme NextVR imaginent des concerts en réalité augmentée. Côté jeux vidéo, même révolution des usages : depuis les jeux en réseau jusqu’au free to play , en passant par les consoles connectées, les packs de contenus téléchargeables ou la monnaie virtuelle, on ne joue plus aujourd’hui comme l’on jouait hier. La cause de ces transformations ? Le digital (toujours lui), qui en démultipliant les canaux de commercialisation est venu complexifier les modèles de distribution de contenu et a du même coup rebattu les cartes de la gestion des droits d’auteur. Dans un certain nombre de secteurs – musique, télévision, cinéma, jeux vidéo, mais aussi de plus en plus sport et industrie pharmaceutique (pour les brevets) – la définition du « droit de propriété » ne va désormais plus de soi. Comment, par exemple, un éditeur de jeux de course automobile utilisant des licences de plusieurs constructeurs peut-il calculer les royalties dues, lorsque certaines transactions résultent de l’achat d’une extension du jeu, qui plus est en monnaie virtuelle ? Comment une major calcule-t-elle les droits d’un musicien dont les morceaux sont partagés sur Facebook ? Comment un photographe peut-il contrôler la diffusion et le partage de ses œuvres sur Instagram ? La complexité est devenue si grande que l’on ne sait plus très bien qui doit combien à qui et de ce casse-tête est né un véritable business en France. Des start-up comme STEM s’organisent pour permettre aux ayant-droits de calculer leur dû via des solutions intégrées ; des sociétés se spécialisent dans […]

Aller à la barre d’outils